Facebook
Adek (Music Urbaine Mag)

Adek (Music Urbaine Mag)

36

Nouvelle interview de notre partenaire Music Urbaine Mag. Vous aviez rendez-vous avec Adek dans ce nouveau numéro de votre rubrique Focus.

Lecteurs et lectrices, Music Urbaine Mag vous amène cette fois-ci sur les traces d’un alchimiste, un peintre musical. Un artiste qui cultive la différence, et qui dans chacun de ses morceaux, nous entraîne dans son univers haut en couleurs grâce à son écriture soignée et sincère, parfois mélancolique ou teintée d’humour. Il s’agit bel et bien du ‘’démineur’’, Adek celui-là que nous avons connu grâce à ses collaboration avec Nasty Nesta et Diamant noir sur leurs albums.

 

Au cours d’une interview accordée à Music Urbaine mag, l’artiste nous parle de son parcours, de comment il a pu ‘’transformer’’ le plomb en or grâce à deux EP, du premier single extrait de son album… lisez plutôt le compte rendu

 

 

MUMag : Salut Adek. La forme j’espère. Résume-nous ton parcours artistique du début qu’à aujourd’hui

 

Adek : Salut à vous. Je suis Adek, artiste d’origine béninois évoluant en France.

J’ai commencé à rapper il y’a quelques années de cela et j’ai monté le label Carpe Diem Music avec Kaizah. J’ai sorti 3 EP. « Une friandise pour vos oreilles » en 2009 qui m’a fait connaître auprès du public, « 2012 Music » avec Nasty Nesta et  mon double EP « Alchimiste » l’année dernière.  

 

MUMag : Quels sont les artistes que tu écoutes le plus et quelles sont tes influences musicales ?

 

Adek : En ce moment dans mon Ipod j’écoute du J.cole, Drake, Majid Jordan, Banks, Sango etc. Mes influences musicales sont vraiment très larges. J’ai grandi en écoutant beaucoup de Soul et de Jazz car mon père écoutait ça en boucle à la maison. Puis je me suis passionné par le rap. Aujourd’hui j’écoute vraiment de tout, du moment que ça me parle.

 

MUMag : On remarque bien que ton style est nettement différent des autres artistes, que tu essayes chaque fois de le rendre meilleur. Alors si tu devrais définir ton univers musical en trois mots que dirais-tu ?

 

Adek : Je dirais : Original, encré dans la réalité, et sincère.

 

MUMag : En 2012, en collaboration avec Nasty Nesta, tu as sorti ton deuxième EP titré « 2012 Music » dont le titre phare était 2012.  Quel a été le déclic de ce titre et pourquoi 2012 Music ?

 

Adek : Nasty et moi sommes potes depuis un paquet d’années et on se retrouvait souvent en studio ensemble. Il m’avait invité sur sa mixtape « Je suis le rap africain » à collaborer sur le titre « 2012 » qui parlait de la fin du monde selon les prophéties Maya. Le son était bon et on s’est dit : pourquoi ne pas faire tout un disque autour de ce thème ? … Et ça a donné le EP « 2012 Music »

 

MUMag : De 2012 à 2015, il y a eu quasiment silence radio de l’alchimiste. Que s’est-il passé ou est-ce nous qui ne sommes pas informé ?

 

Adek : Alors pas vraiment un silence radio puisque j’ai sorti entre temps 2 singles (Après Elle feat La petite Shade et Lucinda  feat Djemi Angel), réalisé une grosse campagne de crowdfunding pour le financement de mon album LUCINDA à venir et sorti mon double EP « Alchimiste ». Je ne peux pas dire que j’ai chômé.

 

MUMag : Il y a quelques mois tu as sorti deux EP, en deux versions distinctes l'un appelé "PLOMB" et l'autre "Or". Dis-nous quel en a été la formule magique pour aboutir à ce résultat?

 

Adek : Lol, pas vraiment de formule magique, mais j’avais envie de revenir avec un projet original en attendant la sortie de mon 1er album Lucinda. J’avais enregistré pas mal de titres ces dernières années qui n’étaient jamais sortis. Du coup j’en ai sélectionné pour la version plomb du disque et j’ai enregistré des titres inédits pour la version Or. 

 

MUMag : Parlons maintenant un peu de tes dernières actualités sur ta page fan Facebook, tu as mis en statut je cite: "Le compte à rebours d'une histoire d'amour vouée à l'échec" #DEMINEUR. Est-ce du vécu?

 

Adek : « Démineur » est le 2eme single de mon album à venir « Lucinda ». Ce titre contient une part de fiction et une autre de vécu. J’écris la plupart du temps en fonction de mes expériences, ce que je raconte dans ce titre est en partie vécu. 

 

MUMag : Penses-tu que Le Rap est le miroir de la société qui l'Abrite?

 

Adek : Miroir je ne pense pas, en revanche je dirais que les rappeurs sont des reporters/journalistes de la société dans laquelle ils vivent et qu’ils décrivent leur quotidien avec plus ou moins d’exactitude. Certains écrivent avec un réalisme qui peut choquer et d’autres vont plutôt faire du divertissement. Il y’en a pour tous les goûts. 

 

MUMag : Tu es dans l’autoproduction comme la plupart de tes compères, autrement indépendant depuis le début de ton aventure, est-ce un choix ou une nécessité? 

 

Adek : Au début nous n’avons pas eu le choix, c’était soit s’organiser et faire des choses ou attendre qu’une baguette magique nous propulse sur le devant de la scène. Avec le temps nous nous sommes structurés et aujourd’hui je dirais que je suis plutôt content d’être aux commandes de ma machine. Ce n’est pas tous les jours simples, mais ce qui m’arrive de bon comme de mauvais, je ne le dois qu’à mon travail. Après nous n’avons pas les mêmes moyens qu’une maison de disque mais on s’organise pour gérer nos sorties au mieux.

 

MUMag : Ton tout premier album studio intitulé "LUCINDA" sortira bientôt, peux-tu nous le décrire en quelques mots? A quoi devrions-nous nous attendre ? (Nombre de titres, les invités, le concept etc...)

 

Adek : Après 3 EP, « LUCINDA » est en effet mon 1er album. J’y raconte une histoire d’amour plutôt complexe. Il a été conçu comme un film et chaque morceau représente une étape de la relation amoureuse. Pour écrire ce disque je me suis inspiré de mon vécu bien sûr et j’y ai mêlé de la fiction. Il comporte une douzaine de titres avec une poignée d’invités. Il y’a un seul feat rap, le reste des collaborations de l’album sont essentiellement au chant et à la production. On a travaillé pour que ce disque parle à tout le monde et je pense que tout le monde y trouvera son compte.

 

MUMag : en tant qu’artiste béninois résidant à l’étranger, t’arrives-tu de suivre les actualités musicales du bled ? Si oui, que penses-tu du ‘’rap béninois ‘’ es-tu d’avis que ceux qui pensent qu’il faut ‘’béninisé’’ notre rap ?

 

Adek : Je reste d’une certaine manière attentif aux actualités musicales de mon pays et il y’a clairement certains artistes qui méritent une plus grande exposition. Il y’a une volonté de faire avancer les choses et ça se ressent dans les productions et dans les clips. Faire un rap proche des réalités locales et du pays permet sans doute de se faire comprendre par un plus grand nombre alors pourquoi pas tant que c’est bien fait. Dernièrement j’ai  trouvé vraiment bons « Batonga 2.0 » de Diamant Noir et « Saute et cale en l’air » de Niyi Kosiberu. C’est une bonne chose de s’inspirer de nos richesses culturelles.

 

MUMag : Quels sont tes projets ?

 

Adek : Je prépare actuellement la sortie de « LUCINDA » et j’ai déjà commencé à travailler sur mon prochain disque. A coté de ça je travaille sur d’autres projets dont vous entendrez parler en temps voulu. 

 

MUMag : Mots de fin

 

Adek : Merci à Music Urbaine Mag pour cette invitation. Mon EP « ALCHIMISTE » est dispo sur mon site www.adek.fr 

LUCINDA arrive bientôt, tenez vous prêts. 

 

Interview réalisée par l'équipe Music urbaine Mag pour URBENHITS

 

facebook

Fatal error: Class 'Conf' not found in /home/urbenhits/public_html/view/beta1/function.php on line 408